Les réseaux sociaux non maîtrisés, le début de la haine sociale

Simple comme bonjour, en trois clics, un nouveau compte est créé. L’histoire commence comme ça, quelques renseignements sur le profil, dans la plupart des cas erronés. Fort de cette discrétion et de cette sensation d’anonymat, la route est ouverte pour exprimer toute la rage et la haine contenues dans l’esprit est retenues par les règles du savoir-vivre en communauté.

Ni une, ni deux, il faut absolument trouver des lecteurs, des personnes qui expriment leur défouloir sur le mur d’autres personnes, avec des messages sans sens avec un nombre de lettre réduit au minimum de la compréhension. Une seule solution, trouver des mots forts et durs, des paroles qui annoncent des actes insensés, la guerre des mots est lancée, les actes suivront, mais personne ne s’en rend compte, cela n’est plus à l’ordre du jour. Une seule chose compte, l’impression de se venger, de se mettre en avant, de se défouler et de faire mal aux autres. Pourquoi une seule chose ? Parce que le tout ne forme qu’une chose, la haine sociale ! Effectivement, les réseaux sociaux ne forment qu’une bulle exprimant la haine dans la plupart des cas. Tout le monde n’utilise pas les réseaux sociaux de cette manière, mais la plupart le font.

Les réseaux sociaux devraient être limités aux personnes majeures ayant la capacité de distinguer le réel du virtuel. Trop de personnes pensent qu’il est possible de se défouler sur les réseaux sociaux sans porter préjudice aux autres, mais ce n’est pas vrai ! Les réseaux sociaux sont comme un mur face à la communication normale entre les personnes. Au lieu de s’ouvrir à l’autre et de créer un dialogue, on s’enferme dans des posts, issus d’un monologue, empêchant tout dialogue réel et discussion. Il est certes simple d’exprimer des choses face à un écran, mais le plus constructif est bien d’exprimer ses sentiments et ses revendications face à des personnes et non des paquets ip…

Je me souviens d’un temps où les regards dans les cours d’écoles valaient beaucoup et ouvraient des discussions, des disputes, des conflits. Je me souviens surtout de la manière dont cela se réglait. Nous nous retrouvions, poings levés et regards méchants entre quatre murs à l’abri des regards indiscrets… Au bout de quelques minutes, les poings retrouvaient les poches, les regards devenaient plus doux et la conversation prenait le dessus. Aujourd’hui les quatre murs deviennent réseaux sociaux et tout est exposé à tout le monde sans que personne ne puisse apporter un jugement caractérisé et objectif. Il n’existe plus qu’accentuation de la haine et la sensation d’être invincible, protégé par un clavier et un écran.

Si l’avenir de l’homme doit se réduire à quelques mots posés sur un clavier, alors il est important d’éteindre immédiatement tous les moyens de communication dématérialisés actuels ! L’homme est doté de la parole, du jugement, de la réflexion, il est important de mettre en valeur ses capacités, il ne faut pas qu’elles s’effacent en laissant la place à l’indifférence d’un clavier ! La communication est quelque chose d’important, mais elle ne peut exister si les gens n’entrent plus en contact d’une manière physique et humaine. L’informatique est une technologie inévitable de nos jours, mais il faut la maîtriser et ne pas se laisser dépasser par les moyens sponsorisés et orientés que sont les réseaux sociaux tel que FaceBook, Twitter… L’avenir de l’homme ne doit pas être dicté par des algorithmes, mais par l’humanité !

Des faits de plus en plus alarmant se produisent chaque jour, pour quelques mots postés sur Tweeter ceux sont des vies qui se perdent, des vies qui sont détruites, des Hommes qui s’écroulent. Comment quelques pauvres petits mots, qui plus est, mal orthographiés peuvent prendre une telle importance ? Doit-on se résigner et laisser les Hommes se dénigrer ou doit-on, au contraire, reprendre le dessus et rétablir le dialogue ? Lorsque les personnes se retrouvent face à cette question, ils préfèrent mettre en avant le fait que l’on ne maîtrise plus les réseaux sociaux et qu’il est donc normal de faire comme si de rien n’était. Quelle lâcheté de se réfugier derrière les technologies et laisser les microprocesseurs penser et agir pour nous… Il est temps que cela change, reprenons notre vie en main, offrons à notre esprit la possibilité de retrouver toutes ses facultés.

Certes, à la lecture de ces quelques mots, certains peuvent penser que je suis réfractaire à l’innovation, aux nouvelles technologies et moyens de communication actuels, détrompez-vous ! Je suis simplement pour une utilisation raisonnée et maîtrisée de ces outils. Cessons de permettre à nos enfants d’ouvrir un compte social alors qu’ils ne connaissent encore rien à la vie et aux difficultés de celle-ci, apprenons leur à utiliser les nouvelles technologies, ne les laissons pas s’abrutir et se faire manger par celles-ci !

Laisseriez-vous vos enfants de 10 ans partir au front ? Laisseriez-vous votre enfant de 13 ans prendre la voiture, seul, pour se rendre à l’école ? Non, il en est de même pour les nouvelles technologies.

Published by

MazeSloup

What else ?